La route.

...parce qu'en tout fondationneux se cache un conteur, un poète ou un barde

La route.

Messagepar anail » Jeu Fév 28, 2008 6:46

Anail ne savait pas où sa route le mènerait.
Il continuait vers d’autres cieux, abandonnant cette galaxie qui lui avait fait si mal.
Libre à nouveau, il avançait, doucement, conscient de sa chance d’être encore en vie, d’avoir survécu à toutes ces années, et d’avoir vaincu une fois encore sa plus grande ennemie, la mort.
Il l’avait croisée à nouveau, de trop près, à présent il savait qu’il ne prendrait plus de risques.
Se mêler aux humains, envoyer ses âmes explorer la galaxie lui avait permis de beaucoup apprendre, il avait agrandi son savoir, enrichi sa pensée.
Mais il avait pris des risques, des risques immenses… En fragmentant sa personnalité il s’était exposé à la venue d’un indésirable.
Celui-ci s’était présenté sous la forme de Ganélion, fils de la coutume qui avait sollicité l’aide d’Anail pour vaincre ses frères et prendre la place de son père.
Anail avait hésité puis, curieux, avait accepté. Il avait alors transféré une partie de son âme, de sa vie, dans le corps de Ganélion.
Mais tout ne s’était pas passé comme prévu.
Dirigé par son sang, dirigé par la coutume, Ganélion avait tenté de prendre le contrôle de l’ensemble des corps d’Anail, afin d’accroître sa puissance il s’était lancé dans un combat fratricide, un de plus. Peut-être celui de trop…
Leurs personnalités, d’abord réunies en symbiose parfaite se dissocièrent, son corps se retrouva contrôlé par deux personnalités bien distinctes.
Se combattant furieusement, Anail et Ganélion ne purent gérer la mission du fils de la coutume, et il fini par échouer trois fois à 24 planètes, ses longues heures de coma, dues aux combats que se déroulaient ses deux possesseurs l’empêchant de s’éveiller durant les heures du matin l’empêchèrent de lancer les attaques qui l’auraient sauvé de ce mauvais pas.
Les autres incarnations d’Anail prirent alors parti, certaines choisirent d’aider le nouvel esprit, d’autres de rester fidèles à celui qui les avait réunies, une guerre mêlant non plus deux mais huit opposants commença alors.
Les corps d’Anail, Chaosis, Asrael, Asri, Commercial, Mononoke, gnon et Ganélion furent abandonnés, leurs esprits combattirent durant de longues journées dans l’idéosphère, lieux de tous les possibles, de toutes les rencontres.
De nombreux secret furent révélés aux habitants des planètes proches du lieu des combats.
Ces planètes virent leur niveau de conscience commune s’élever grandement, tout en s’imprégnant de la Coutume.
De nombreux fils de celle-ci se révélèrent alors, et partirent à la conquête de leur royaume.
Le grand combat, bientôt appelé la guerre des esprits par les populations qui y assistèrent et en bénéficièrent prit fin brutalement, à la mort de Ganélion, tué par l’indépendante Effi qui avait profité de sa faiblesse pour anéantir ses armées, et qui le tortura après capture, avant d’en finir définitivement.
Ainsi libérées, les Ames d’Anail purent rentrer dans leurs corps originels. Elles découvrirent alors l’ampleur de la catastrophe, leurs royaumes avaient souvent été dévastés, parfois même totalement anéantis.
Le pire fut pour Commercial, il avait pris parti pour Ganélion, lui offrant son soutien logistique et financier, n’hésitant pas à s’endetter pour l’aider. Quand il rejoignit le siège de sa société il le découvrit dévasté, le corps de nombreux conseillers qu’il avait toujours connus jonchaient les sols de l’immeuble, une horreur indicible restait figée sur leurs visages.
Les quelques survivants semblaient hagards, ne le reconnaissant qu’à peine.
Ses coffres avaient été vidés, il ne lui restait plus rien.
L’enquête menée par sa police personnelle conclut à la venue d’un mentaliste qui, non content de lui voler toutes ses richesses, avait pris le contrôle de l’esprit de ses hommes et les avaient contraint à se tuer entre eux.
Malheureusement il ne put savoir qui était cet homme car il avait fui une fois son forfait commis.
Le mutli-esprit d’anail, fatigué par cette guerre et désespéré par la découverte du délabrement de son empire, décida de partir, de continuer son voyage longtemps interrompu par son amour pour les humains.
Il avait voulu, de nombreuses années auparavant, se joindre à cette multitude, explorer la vie de ces « choses », vivre dans leurs corps, penser comme eux.
Il avait, pour cela, proposé à des humains mourants, souvent malades, de l’abriter en eux. En échange, il les guérissait, les maintenant en vie, leur donnait la vie éternelle et l’accès à une connaissance, immense, illimitée, infinie.
Ainsi il avait parcouru les nombreuses routes de la galaxie, vivant comme eux, pensant comme eux, les découvrant.
Au fils des années il avait finit par les admirer tout en les détestant. Il comprit que les humains sont une espèce masochiste, incapable d’aimer pour les autres ils s’aimaient eux-mêmes, donnant parfois une part de ces amours aux autres, mais jamais gratuitement, jamais totalement.
Ils ont toujours un objectif, une idée, impossible d’espérer d’eux une amitié toute simple, une coopération désintéressée, ils cherchaient toujours quelque chose, toujours.
Anail quittait donc cette galaxie, les âmes qui l’avaient acceptées dans leur corps semblaient pour la plupart vouloirs le suivre, vouloir devenir comme lui, un être immortel, disposant d’une pensée différente de celle des humains, certains le suivirent, d’autres restent entre les deux, indécis, ne sachant quoi choisir.
Mais anail avançait, enfin, il quittait cette désespérante humanité, se débarrassant de son enveloppe de chaire, heureux de pouvoir de nouveaux ouvrir son esprit entièrement, à nouveaux libéré du conditionnement humain.

Il avançait…

Sur la route…

Heureux, enfin...
Avatar de l’utilisateur
anail
Disparu
 
Messages: 1232
Inscrit le: Dim Nov 12, 2006 18:06
Localisation: En visite

Retourner vers Récits, Poèmes et Chansons

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant actuellement ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité

cron